eNews Juin 2006 édition spéciale : Asie


Avec une forte croissance économique, l'intensification des échanges commerciaux, la sous-traitance à bas coût et des nouveaux marchés à conquérir, l'Asie se développe de manière fulgurante.

L'Union Européenne est devenue un partenaire privilégié de l'Asie et FedEx, l'un des meilleurs spécialistes pour se développer sur ce continent.

Bonne lecture!

Votre équipe FedEx



 

Le Sud-Est asiatique est aujourd'hui le moteur de  croissance des échanges mondiaux avec le nouveau bloc économique, « Chindia », qui se développe à grands pas dans cette région. Les échanges Europe-Asie s'intensifient. FedEx - implanté au coeur de ces marchés depuis 1984 - accompagne ce développement.

 

L’économie mondiale en croissance grâce à l’Asie

Avec un taux de croissance de plus de 7,2% sur toute la zone (excluant le Japon), soit plus du triple de l’Europe, l’Asie est la véritable locomotive de l’économie mondiale. Le Japon, après 15 ans de déflation et de malaise économique, est de nouveau sur les rails avec une demande domestique qui redécolle. Les « dragons » (Corée du Sud, Singapour et Taiwan) demeurent puissants avec une croissance annuelle de 5%, pendant que les « tigres » (Malaisie, Philippines et Thaïlande) demeurent attrayants avec 4,6% de croissance annuelle.

Mais le plus frappant est l’émergence de ce que les économistes appellent désormais la « Chindia ». Regroupés, les deux nouveaux géants économiques représentent déjà 40% de la croissance économique mondiale avec 2,3 milliards d’habitants et seulement 6% du PIB mondial.

La Chine dispose d’une main-d’œuvre très compétitive et à faible coût et l’Inde de réelles compétences en informatique. Les deux géants dominent déjà très largement les échanges commerciaux effectués avec leurs pays voisins.

Globalement, 28% du commerce mondial est réalisé en Asie, soit plus de 2 500 milliards de dollars par an. Cette part est en constante augmentation, en effet, les exportations et importations asiatiques progressent de 29% et 30% par an, soit 10 points de plus que la moyenne mondiale. L’Union Européenne y exporte 85% des produits manufacturés, plus particulièrement des produits de mode et de cosmétiques, des machines, de l’équipement électrique, des produits chimiques et des équipements de transport.

 

Sources : Asian Development Bank (growth rates), Bilan du Monde (Chindia), FedEx (trade figures)



Haut de la page


 

Dans les années 1980, FedEx a été l’un des premiers à pressentir que le centre du commerce mondial se déplaçait vers les pays émergents, en particulier vers l’Asie du Sud-Est. Pour anticiper le mouvement, FedEx a racheté la compagnie américaine de fret aérien « Flying Tigers » en 1989, qui lui a ouvert les droits aériens vers 21 pays et régions asiatiques. Puis FedEx a également installé un siège régional en Chine dès 1992, et ouvert son premier Hub asiatique à Subic Bay, aux Philippines.

Dès 1995, le réseau AsiaOneTM de FedEx offrait un service unique de livraison express à destination et en provenance d’Asie. Depuis, FedEx développe ses infrastructures au rythme de la croissance de cette région et a doublé ses capacités pour offrir à ses clients un service hors pair. Chaque semaine, de nombreux vols (MD11, Airbus A310 et bientôt Airbus A380) effectuent les liaisons Europe-Asie. Des vols intérieurs garantissent une couverture complète de la région et une livraison du jour au lendemain pour un grand nombre de destinations (Séoul, Tokyo, Osaka, Taipei, Hong Kong, Bangkok, …).

Chaque semaine des milliers de tonnes de fret à l’import et à l’export sont transportés en express dans les avions FedEx. Depuis quelques années, FedEx se développe massivement en Inde et couvre déjà 85% des zones d’exportation.

Aujourd’hui, FedEx emploie 8 600 personnes dans la région, y opère plus de 400 vols hebdomadaires depuis et vers le reste du monde  (11 depuis l’Europe et 10 vers l’Europe) desservant ainsi les principaux centres économiques en deux jours seulement.

Après le tsunami de décembre 2004, la société a mis à disposition des appareils et son expertise logistique pour acheminer près de 600 tonnes de médicaments et d’équipement au Sri Lanka, en Indonésie, en Inde et en Thaïlande, dans des endroits parfois quasi-inaccessibles.

 



Haut de la page


 

L’île de 7 millions d’habitants - tout juste sortie de la crise – a repris le chemin de la croissance : son PIB a progressé de 7% en 2005, un taux parmi les plus hauts dans le monde. Cette région administrative chinoise tire partie de la vigueur de ses exportations (244 milliards de dollars en 2005), dont 90 % sont des réexportations de produits chinois transitant par le port de Hong Kong, l’un des plus grands du monde. Textile, télécommunications, équipements de bureau constituent la majeure partie des exportations vers l’Union Européenne alors que des produits chimiques, machines et équipements de transport sont majoritairement importés de l’Union Européenne.

Ce n’est pas qu’au niveau des échanges commerciaux que nous pouvons constater des améliorations mais se sont aussi les relations politiques et économiques qui progressent, tel que démontré par la construction du pont le plus long jamais construit reliant Hong Kong à Macao via la ville chinoise de Zhuhai.

 



Haut de la page


 

La ville-état a bénéficié en 2005 d’une excellente croissance de plus de 5%. Sa production industrielle, en hausse de 13,7%, fonctionne à plein régime dans les produits pharmaceutiques, la microélectronique et les biosciences. Le dynamisme de ses échanges et son rôle majeur en Asie du Sud-Est (près de la moitié de ses exportations sont des réexportations régionales) lui ont même valu de devenir brièvement le premier port mondial de conteneurs l’an dernier, devant Hong Kong.

 



Haut de la page


 

L’économie de Taiwan – 5ème pays le plus compétitif au monde - a cru de 3,8% en 2005, grâce notamment à ses exportations : les deux tiers des échanges sont réalisés dans les secteurs électriques et électroniques, qui ont bénéficié d’investissement massifs en 2004. Désormais 70% des ordinateurs portables et 68% des écrans plats mondiaux sont produits à Taiwan.

 



Haut de la page


 

Les experts l’avaient prédit : la Chine s’est éveillée. Elle sera bientôt la première économie mondiale. Son appétit de capitaux, d’échanges commerciaux et bientôt de biens de consommation semble déjà insatiable et son marché s’ouvre de plus en plus aux entreprises étrangères. FedEx, leader du transport express international, y est implanté depuis plus de 20 ans, et met toute son expertise, toute la puissance de son réseau pour accompagner ses clients dans l’accomplissement de leurs objectifs. 

 

La Chine retrouve son rang historique

Le saviez-vous ? Il y a 500 ans, la culture Chinoise rayonnait dans toute l’Asie et ses marchands avaient établi des comptoirs commerciaux jusque dans le Golfe Persique. La Chine a connu ensuite une longue période d’isolation et un XXe siècle troublé. Aujourd’hui, après les réformes entamées par Deng Xiao Ping, la Chine rétablit progressivement une économie de marché et la société chinoise se modernise à grands pas.

 

Son économie s’est ouverte en moins de 30 ans

Depuis la première « Zone Economique Spéciale » établie en 1980 à Shenzhen, pour y attirer et observer les méthodes de production occidentales, la Chine a surmonté de nombreux obstacles pour ouvrir son économie. Certes, implanter une entreprise en Chine n’est pas toujours facile, mais l’environnement des affaires s’améliore chaque année. Conformément aux exigences de l’OMC, dont elle est membre depuis 2001, des secteurs entiers sont libéralisés.La distribution, l’import-export, et bientôt le secteur bancaire, ne sont désormais plus soumis à l’obligation, pour les investisseurs étrangers, de s’associer en joint-venture avec une entreprise chinoise. Les capitaux continuent à affluer massivement (53 milliards d’euros en 2005), faisant de la Chine la première destination mondiale pour les investissements étrangers.

 

Bientôt la première puissance économique mondiale

Aujourd’hui l’économie chinoise croît de 9% à 10% par an. A ce rythme, le PIB de la Chine aura dépassé celui du Japon d’ici 2015, et celui des Etats-Unis d’ici 2040. Ses infrastructures s’améliorent très rapidement : les centrales électriques se multiplient, les réseaux de télécoms s’étendent, les centres d’affaires bourgeonnent à Shanghai et Pékin, et le gouvernement prévoit de construire 55 000 km d’autoroutes dans les cinq prochaines années.

Avec environ 500 000 ingénieurs diplômés des universités chinoises chaque année, les travailleurs sont de plus en plus qualifiés. Côté consommation, la Chine peut de plus en plus compter sur le dynamisme de son marché domestique (1,3 milliards d’individus). Le PIB par habitant a été multiplié par 8 en vingt et un ans, si bien qu’une nouvelle classe moyenne de 150 millions d’habitants a fait son apparition. La Chine vient par exemple de devenir le troisième marché mondial pour la vente de voitures neuves. Le gouvernement a par ailleurs engagé des mesures pour soutenir la consommation des ménages à moyen terme, ainsi qu’une politique de répartition des bénéfices de la croissance, principalement vers la population rurale qui n’en a pas bénéficié.

 

L’Union Européenne, désormais 1er partenaire commercial de la Chine

Troisième puissance commerciale mondiale, la Chine représente déjà 8% des échanges mondiaux. Ses exportations ont encore progressé de 18% en 2005 (à 660 milliards de dollars), et ses importations de 28% (à 762 milliards de dollars).

Son premier partenaire commercial, devant les Etats-Unis depuis quelques années, est l’Union Européenne, vers qui 16,5% de ses exportations sont destinés (principalement des machines-outils, de la bureautique, de la téléphonie, du textile et des jouets) et d’où proviennent 12,9% de ses importations (machines, équipements de transport et biens de consommation). FedEx a d’ailleurs doublé le nombre de vols hebdomadaires depuis l’Europe vers l’Asie en mars 2005 pour répondre à la demande.

 



Haut de la page


 

Le saviez-vous ?

  • 1984 : premières opérations de transport express en Chine.
  • 1994 : FedEx est le premier à établir le dialogue avec les autorités chinoises pour accélérer les procédures douanières.
  • 1996 : FedEx est le premier transporteur express international américain à obtenir le droit de faire entrer ses avions en Chine.
  • 2002 : FedEx propose des livraisons express avec des délais garantis.
  • 2005 : la société inaugure en mars son premier vol direct entre l’Europe et la Chine (Francfort- Shanghai) et propose à ses clients une livraison du jour au lendemain entre la Chine et l’Inde.


Aujourd’hui, FedEx dessert plus de 218 villes chinoises et en prévoit 100 supplémentaires d’ici trois ans, emploie plus de 6 000 personnes localement et effectue 26 vols internationaux hebdomadaires, plus que n’importe quelle autre société de fret aérien tout cargo.

 



Haut de la page


 

Avec l’acquisition de la société chinoise de transport DTW Group, FedEx continu de développer sa place de leader sur le marché chinois en plein développement.

 

Annoncé  le 24 janvier 2006, cette acquisition porte sur :

  • les 50% détenus par le Groupe DTW dans la joint-venture de transport express « International Priority » fondée en 1999 ; faisant de cette joint venture une société 100% FedEx
  • l’ensemble des actifs du groupe DTW utilisés dans les services « International Prority » ;
  • les actifs de 89 agences du réseau express national du Groupe DTW.

 

Fred W. Smith, Président fondateur de FedEx Corp., l’a récemment déclaré : « L’expansion de la Chine transforme le paysage économique mondial. Ayant établi des opérations de transport express en Chine depuis plus de 20 ans, FedEx a contribué à cette profonde mutation. Cet investissement stratégique à long terme renforce et conforte nos relations en améliorant l’accès à des marchés majeurs en assurant notre développement économique pour les années à venir ».


L’expérience professionnelle acquise grâce aux opérations développées sur ce marché dynamique permettra à FedEx de mieux servir les entreprises locales en offrant un plus large éventail de solutions de transport.
« Cette acquisition conforte l’engagement de FedEx sur le marché chinois. Nos clients bénéficieront ainsi d’un accès identique aux principales régions économiques y compris aux villes chinoises de deuxième et troisième importances » a expliqué David L. Cunningham Jr., Président de FedEx Asie Pacifique.

 



Haut de la page


 

Le nouveau Hub de FedEx à Guangzhou, en cours de construction, sera opérationnel en décembre 2008. Il est idéalement situé dans le Delta de la Rivière des Perles, le plus grand centre manufacturier au monde, dont le PIB atteint près de 150 milliards d’euros. FedEx a investi 150 millions de dollars pour ce Hub, et disposera d’une surface de 83 000 m² pour ses installations. Ses 1 200 salariés - recrutés et formés localement - pourront traiter 24 000 colis à l’heure et il est prévu 200 vols par semaine de quoi renforcer et étendre les capacités de l’actuel Hub aux Philippines.

 



Haut de la page


 

  • Privilégier le relationnel « Guanxi » : en Chine, la relation de confiance est primordiale. Rien ne remplacera une négociation face-à-face. Il n’est pas rare que lors des premiers rendez-vous, on ne parle pas affaires.
  • Prévoir des modifications au contrat commercial : dans la culture chinoise, le contrat commercial n’est qu’un point de départ pour des relations commerciales à venir. Il n’est donc pas rare que ses clauses ne soient pas respectées à la lettre. Prévoir du temps pour en renégocier les points par la suite.
  • Donner des commandes fermes : les fournisseurs chinois n’ont pas pour habitude de produire à l’avance, sur la base de prévisions. Ils attendront généralement une commande ferme pour lancer les lignes de production. Une donnée à intégrer dans votre planning logistique.
  • S’associer avec des distributeurs locaux : même si depuis avril 2004, toute société étrangère peut théoriquement importer et distribuer elle-même ses produits en Chine sans passer par un intermédiaire et sans constituer de joint-venture avec un entrepreneur local, le système de distribution chinois reste encore complexe pour les étrangers, et diffère d’une région à l’autre. Ne pas hésiter à s’associer avec un distributeur bien implanté localement ou un agent importateur, qui vous servira d’ambassadeur auprès d’entreprises chinoises, de l’administration et de l’environnement d’affaires.
  • Distribuer en grandes surfaces  : si le produit s’y prête, rien ne vaut la grande distribution : en plein essor, c’est elle qui connaît le mieux les habitudes de consommation de la nouvelle classe moyenne chinoise.

 



Haut de la page


 

L'Inde a connu un développement fulgurant, notamment par la mise en place de nombreuses réformes ces vingt dernières années. Géant démographique et puissance régionale en Asie du Sud-Est, ce sous-continent est en passe de devenir l'une des principales puissances économiques mondiales du XXIe siècle. Elle se classe d'ores et déjà comme l'un des premiers marchés potentiels pour les investissements. FedEx, fort de son expérience de plus de neuf ans en Inde, est le partenaire idéal pour profiter des opportunités offertes par cette économie compétitive et en pleine expansion.

 

Une politique de grands chantiers de réformes

L’Inde est en passe de faire de formidables progrès économiques au cours des dix prochaines années. On constate d’une part, une classe moyenne supérieure de 100 millions de personnes qui peut se permettre d’acquérir des propriétés ainsi que des produits audio-visuels de loisirs. D’autre part une classe moyenne inférieure de 150 millions de personnes accède aux gros appareils éléctroménagers. Avec l’appui de la Banque Mondiale, l’Inde tente de réduire le contraste entre les riches et les pauvres. Pour rééquilibrer ces disparités, le pays mise sur le développement rural et l'amélioration des infrastructures.

Selon la Banque Mondiale, l'adoption du plan de développement de Doha amplifierait les revenus globaux et permettrait à des millions de personnes de sortir de la pauvreté d'ici à 2015 (réduction de 23% de la population vivant avec moins de 1 dollar par jour selon l’OCDE).

Pour réduire son déficit budgétaire encore élevé, l'Inde s'est lancée dans d'importantes réformes comme l'introduction de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), limitant ainsi les dépenses publiques et instaurant des lois fiscales solides telles que la taxation, les normes comptables, les différentes réformes tarifaires et en matière d'échanges commerciaux. Les résultats enregistrés dans les domaines sociaux et économiques de l'Inde sont impressionnants ; l'Etat mise sur l'ouverture des marchés et le développement des infrastructures pour améliorer la prospérité du pays.

 

Des répercutions sur le système éducatif en Inde  

Le système éducatif indien est dépassé par l'expansion fulgurante du secteur des hautes technologies. Les salaires des programmeurs augmentent de 13% chaque année et ceux des responsables de projet de 23%. Selon le cabinet américain McKinsey, l'Inde va souffrir d'une pénurie de professionnels qualifiés d'ici à 2010. Les services informatiques, la clé du dynamisme de l'Inde, représentent 4% de son PIB et emploient 695 000 personnes. Ils devraient doubler d'ici à la fin de la décennie pour peser 7% du PIB et employer 1,5 million de personnes, si la pénurie en personnels qualifiés ne vient pas freiner cette expansion.

 

Une puissance régionale… et mondiale.

Nouvelle puissance mondiale dont l’importance ne cesse de croître, Delhi milite en vue d’obtenir un siège permanent au Conseil de Sécurité des Nations Unies et s’efforce d’approfondir ses relations avec ses voisins du Sud-Est asiatique, de resserrer ses liens avec la Chine et d’accroître ses interactions avec les pays d'Asie Centrale, les États-Unis et l'Europe.

Au cours de la dernière décennie, l'Inde a connu une croissance économique soutenue. Grâce aux nombreuses réformes du Gouvernement, cette croissance a entraîné des progrès considérables dans la société indienne, notamment dans le système éducatif. L'Inde est devenue le second système éducatif au monde en terme d'importance, ce qui lui permet de disposer d'une importante main-d'oeuvre qualifiée. L'enseignement supérieur y est de haut niveau (écoles de commerce, instituts techniques, etc.). Le pays forme chaque année des centaines de milliers de spécialistes en informatique et des millions de scientifiques aux compétences mondialement reconnues. La croissance économique indienne s'accompagne de l'apparition d'une classe moyenne dynamique avec un pouvoir d'achat plus élevé, ainsi que de l'émergence de nombreux entrepreneurs et industriels se lançant dans la compétition au niveau mondial. L'Inde abrite ainsi une industrie pharmaceutique puissante et est devenue un des premiers producteurs de médicaments génériques au monde.

En conséquence, avec un PIB ayant augmenté de 7,6% en 2005, l'Inde est aujourd'hui la dixième économie mondiale, et est bien partie pour gagner quelques places avant la fin de la décennie. Cette tendance ne paraît pas vouloir s’atténuer pour les périodes 2005-2006 malgré des problèmes internationaux tels que l'augmentation du prix du pétrole.

 

L'Union Européenne, premier partenaire

Depuis la décision autorisant les investissements directs étrangers (IDE) en 1991, l'Inde a connu une croissance continue des flux de capitaux. La levée progressive des restrictions réglementaires qui encadraient les investissements étrangers en Inde, et la conjoncture particulièrement favorable dont bénéficie le pays, permet un véritable décollage, surtout dans ses échanges avec l'Union Européenne. Il faut dire que les échanges commerciaux entre l'Union Européenne et l'Inde se sont fortement développés au cours de ces dernières années, passant de 4,4 milliards d'euros en 1980 à 33 milliard d'euros de recettes en 2004, et faisant de l'Union Européenne le premier grand partenaire commercial et la source principale d'investissements étrangers du pays.

L'Inde représente 1,7% du commerce total et 0,3% des investissements mondiaux de l'Union Européenne, ce qui fait d'elle son quatrième plus grand partenaire commercial. Alors que le secteur manufacturier indien promet une croissance de 8,9%, les principaux échanges avec l'Union Européenne concernent l'équipement industriel et de transport, secteurs clés de l'économie indienne. Le développement de l'Inde représente un énorme potentiel pour l'amélioration des échanges commerciaux et l'Union Européenne a là un rôle significatif à jouer.

 



Haut de la page


 

Saviez-vous que FedEx est la seule compagnie de transport express international à maintenir deux plates-formes logistiques sur le territoire indien ? Outre le Hub de Mumbaï, FedEx a inauguré en septembre 2005 un Hub à Delhi, afin de répondre au développement croissant des échanges commerciaux avec la Chine, le Japon et les Etats-Unis. FedEx est leader sur le marché du transport express en Inde, fournissant un service direct vers 27 villes du pays et assurant 16 vols internationaux, plus que n'importe quelle autre entreprise dans ce domaine.

FedEx a été la première entreprise à investir de manière significative en Inde dès 1997, et outre son déploiement aérien, FedEx a développé un nouveau réseau de transport routier qui interconnecte les marchés indiens.

 



Haut de la page


 

Les Indiens connaissent parfaitement la culture occidentale et son fonctionnement.  

La connaissance de l’autre est une valeur ancrée au plus profond de l’esprit indien. Les liens entre les affaires et la vie privée sont très étroits. Lors de vos premiers contacts, un indien va d’emblée souhaiter en savoir plus sur votre situation personnelle, ne soyez donc pas surpris si on vous pose des questions sur votre famille, votre religion, votre parcours ou sur votre argent (l’argent n’est pas un tabou en Inde).
Gardez en tête que toute forme de distance ou froideur peut-être interprétée comme du désintérêt ou du mépris.

 



Haut de la page