Small Business Center

Vous avez déjà un compte ?

 

 

 

Nouveau chez FedEx ?

Ouvrez un compte et profitez de nos fonctions avancées d'envoi et de suivi.

 

 

 

Votre PME est-elle prête pour l’export ?

Par Tim Horton-Mastin, Directeur Général des ventes France de FedEx Express

Vous envisagez de développer votre activité grâce à l’exportation ? Bonne idée. Il existe de nombreux marchés potentiels en dehors de la France et des milliards de clients sur le marché mondial qui pourraient être intéressés par vos produits et services. De plus, le développement à l’international permet de mieux se protéger des expositions à d’éventuelles conditions économiques moins favorables sur son propre marché. En clair, exporter est un réel atout. Quelques conseils pour faire les premiers pas, tirés de mon expérience passée auprès des PME :


Évaluer sa capacité exportatrice

Le simple fait d’avoir un produit ou un service exportable à l’international ne signifie pas nécessairement qu’une entreprise soit prête à franchir le pas. Quelques préalables sont nécessaires pour augmenter ses chances de réussite.

Parmi les premières questions à se poser, la formation des collaborateurs qui seront impliqués dans le processus d’exportation tient une place importante. Il semble important de doter ses équipes des compétences nécessaires. Il est généralement aussi conseillé de se poser la question du service apporté aux futurs clients étrangers car un alignement complet des services implique de possibles barrières linguistiques, culturelles ou règlementaires. La capacité financière à exporter de l’entreprise est également un sujet capital à aborder. N’hésitez pas à solliciter l’avis d’organismes tels que les chambres de commerces locales ou bien d’institutions contribuant au financement et au développement des PME.


Explorer les opportunités

Lorsque l’entreprise a évalué ses aptitudes à exporter, il est souvent très utile d’explorer les possibilités d’exportation au niveau mondial et d’évaluer ses chances de succès.

Définir clairement les forces et les faiblesses du produit ou service à exporter, de même que déterminer les atouts commerciaux distinctifs de l’entreprise par rapport à la concurrence sont deux étapes importantes. La notion de « produit fabriqué en France » peut en effet avoir une valeur forte sur certains marchés ou dans certaines zones géographiques et ainsi vous doter d’un atout considérable par rapport à la concurrence. Il peut également être utile de rechercher d’éventuelles particularités culturelles nécessitant d’adapter la fabrication ou la commercialisation des produits.

Il est essentiel de garder à l’esprit que certains marchés peuvent nécessiter ou encourager des modèles d’entreprise particuliers et des plans de développement différents. Afin de maximiser sa réussite, il est nécessaire d’être flexible et de sélectionner le marché correspondant le mieux à son entreprise d’un point de vue commercial.

La langue de travail joue également un rôle clé. Cibler un marché où l’anglais est soit une langue courante, soit la langue privilégiée, peut vous faciliter grandement la tâche. Si ce n’est pas possible, envisager de suivre des cours de langue ou offrir cette possibilité à ses collaborateurs est souvent une bonne idée pour se sentir plus à l’aise avec les nouveaux clients et partenaires commerciaux.

Enfin, il est judicieux de commencer à exporter dans des pays ayant conclu un accord de libre-échange avec la France. Ces accords peuvent aider les entreprises à gagner du temps, de l’argent et de l’énergie grâce à la simplification de la réglementation qui en résulte et à la diminution des coûts associés à l’exportation.


Développer votre réseau

En tant que chef d’entreprise, le relationnel est primordial. C’est même souvent le point qui fait la différence, surtout pour une petite entreprise. L’exportation répond à ce même principe. Le réseau que le chef d’entreprise tisse et nourrit sera la clé de son succès. Il permettra de l’aider à surmonter trois des obstacles que les chefs d’entreprises rencontrent fréquemment lors de leur lancement à l’export : différences culturelles, la barrière de la langue et la compréhension de la règlementation du pays. Pour commencer, l'idéal est de s’adresser aux centres culturels et organisations développant des liens avec la France. Vous pouvez également entreprendre des voyages dans les pays que vous ciblez afin de mieux vous familiariser avec la culture et les pratiques locales. Une fois ce réseau établi ou renforcé, vous accroîtrez vos chances de percer sur de nouveaux marchés.