Hooray Truffles

Hooray Truffles

Hooray Truffles

Gibsons, Colombie-Britannique
Gagnante d’un Prix Bronze 2018

 

 

 

Gibsons, Colombie-Britannique
Gagnante d’un Prix Bronze 2018

 

 

 

Hooray Truffles, gagnante d’un Prix Bronze au Concours de bourses pour petites entreprises FedEx du Canada, savoure son succès

On pourrait facilement comparer la vie de Kim Kingston à une boîte de chocolats. La fondatrice d’Hooray Truffles, dont la spécialité est la confection de truffes au chocolat noir biologiques et végétaliennes, a tablé sur l’ensemble de son expérience de vie – à la fois douce et amère – pour créer une entreprise avec beaucoup d’amour.

« Je crois que de l’adversité peuvent surgir de bonnes choses, explique-telle. Je ne vis pas dans le passé et ne m’attarde pas sur les défis anciens. J’aime aller de l’avant et tirer profit de mes erreurs. »

Le chemin qui a mené à la création d’Hooray Truffles a été semé d’embûches. Tout a commencé lorsque Kim, qui avait connu des troubles alimentaires à l’adolescence, a décelé chez son aînée Alanna les mêmes symptômes, lesquels ont finalement conduit à son hospitalisation. On a alors découvert qu’Alanna souffrait également d’intolérance à certains aliments dont le gluten, les produits laitiers et le soya. La famille s’est donc tournée vers les mets végétaliens et sans gluten, et Kim est devenue experte en la matière.

Lors d’une visite chez sa mère en 2013, Alanna a décidé de concocter des truffes végétaliennes, si délicieuses que Kim a tout de suite vu la possibilité d’en faire le commerce et de se consacrer du même coup à sa passion.

« Ces truffes ont fait vibrer mon âme, se souvient-elle. Je savais que nous venions d’inventer un produit très spécial. »

Après avoir mis son concept à l’essai en participant à une foire artisanale pendant la période des Fêtes de 2013, Kim a réalisé qu’elle était sur la bonne voie. En effet, en discutant avec les gens, elle avait réussi à faire passer un message sur la santé et le bien-être, et ses truffes avaient été fort appréciées.

Un autre défi l’attendait toutefois. Daynah, la cadette de la famille, âgée de 21 ans, reçut un diagnostic de cancer de stade 4. Kim est restée à son chevet pendant toute la durée de son traitement – chimiothérapie, radiothérapie et transplantation de cellules souches –, et sa façon d’aborder les choses a changé.

« J’ai commencé à voir la vie différemment, dit-elle. J’ai compris que ce qui importe vraiment, c’est le temps que nous passons avec les autres ainsi que les liens qui nous unissent. Les seuls éléments que nous pouvons contrôler sont la manière dont nous traitons les personnes, la compassion qui nous anime et l’énergie que nous dégageons. »

Hooray Truffles

Après la guérison de Daynah, Kim a résolu de se concentrer sur le travail qui la rendait si heureuse, et elle a redoublé d’efforts pour fonder une entreprise viable. En 2017, elle a conçu une cuisine sans allergènes et a utilisé les réseaux sociaux pour faire connaître Hooray Truffles, tout en s’engageant à remettre 5 % du produit net de l’entreprise à l’organisme sans but lucratif Looking Glass Foundation for Eating Disorders. Ses truffes ont eu un tel succès que les résidents de Gibsons, en Colombie-Britannique, crient dorénavant « Hooray! » lorsqu’ils la rencontrent.

Désormais, l’entrepreneure, qui expédie déjà ses produits au Canada, aimerait également joindre les amoureux du chocolat partout dans le monde par l’entremise de sa boutique en ligne. La chocolatière planifie de consacrer la bourse de 5 000 $ de FedEx au lancement de deux nouveaux produits et à l’acquisition d’emballages en origami fabriqués en Malaisie.

« Je voudrais que ces emballages soient aussi remarquables que les produits qu’ils contiennent », souligne-t-elle.

Remporter un Prix Bronze dans le cadre du Concours de bourses pour petites entreprises FedEx a été une source d’inspiration et de motivation pour Kim, qui réfléchit maintenant à l’évolution de Hooray Truffles. Selon elle, l’avenir consistera à faire le pont entre sa boutique et les compagnies qui partagent ses valeurs, et à vendre ses produits à des centres de villégiature, des spas et d’autres établissements à la recherche de cadeaux d’entreprise.

« Je crois qu’il est possible de guérir le corps et l’âme par les aliments, conclut-elle. Nous adhérons à ce principe en confectionnant des truffes au chocolat à partir d’ingrédients les plus purs et les plus frais qui soient. Il est si crucial de bien se nourrir! Lorsque des enfants qui ont des allergies alimentaires se délectent de mes chocolats et que leurs parents m’étreignent en pleurant, je suis au septième ciel. »

APPRENTISSAGES

Comme beaucoup d’entrepreneurs, Kim a retenu plusieurs leçons essentielles tout au long de son parcours. Voici trois conseils qu’elle offre aux propriétaires de petites entreprises :
 

  1. Évaluer son produit

    Kim a appris la nécessité d’avoir un modèle d’affaires qui génère des profits. Pour ne pas vendre ses produits à perte et assurer la viabilité de son entreprise, elle a tiré parti de plusieurs outils pour petites entreprises.

    « Il existe des outils et des produits formidables pour fixer les prix, et je leur fais confiance, dit-elle. Je ne peux pas me vouer à ma passion sans faire de profits au bout du compte. »

  2. Essayer et apprendre

    La validation d’un produit est primordiale pour les propriétaires de petites entreprises. Kim croit fermement qu’il faut demander conseil et mettre une idée à l’essai avant de prendre une décision.

    Sa recommandation : « Sortez de votre bulle, testez votre produit et discutez-en avec les gens. Ce sont eux qui vous diront si votre projet est viable ou non. »

  3. S’engager et créer des liens

    Kim se sert des médias sociaux non seulement pour augmenter sa visibilité auprès de clients et de partenaires potentiels, mais aussi pour forger des liens et partager le message de sa marque.

    « Que vous le vouliez ou non, rappelle-t-elle, les médias sociaux sont l’outil de communication de l’heure et ils ne coûtent rien : nous devons donc en profiter! Ils nous font mieux connaître en tant qu’êtres humains et nous lient les uns aux autres. Les gens veulent communiquer et sont à la recherche de compagnies intègres, qui ont à cœur aussi bien la qualité que l’environnement. Ils dépensent en fonction de leurs valeurs et choisissent des entreprises citoyennes, pour qui la responsabilité sociale est importante. À mon sens, les relations humaines et les liens que j’établis avec mes clients sont l’essence même des affaires. »