Wooly Maple

Wooly Maple

Wooly Maple

London, Ontario
Gagnante d’un Prix Bronze 2018

 

 

 

London, Ontario
Gagnante d’un Prix Bronze 2018

 

 

 

Wooly Maple apporte du réconfort à ceux qui en ont le plus besoin

La plupart des propriétaires de petites entreprises vous diront qu’ils ont lancé leur compagnie pour satisfaire une passion personnelle, améliorer leur niveau de vie, ou répondre à un besoin du marché. La motivation d’Ashley Burt a été beaucoup plus simple : lorsqu’elle a démarré Wooly Maple, elle cherchait simplement à survivre.

Après avoir reçu un diagnostic de maladie mentale en 2014, Ashley s’est tournée vers le tricot au crochet comme forme d’art-thérapie. Certains jours, alors que même se lever lui était pénible, le pouvoir apaisant du crochet lui donnait un but. « Je n’avais pas la force d’aller travailler, mais je pouvais au moins crocheter, raconte-t-elle. Cette activité m’a redonné confiance en moi et en mes habiletés, et, sans vraiment m’en rendre compte, je me suis retrouvée avec une pile de chapeaux. »

Comme la thérapie personnelle d’Ashley était très prenante et qu’il était difficile pour elle de trouver un emploi à temps plein, elle a décidé de vendre ses chapeaux sur Facebook pour arrondir ses fins de mois. Après avoir constaté ce qu’elle appelle un « incroyable engouement » de la part de la communauté, elle a décidé en mars 2017 de créer son entreprise et d’offrir une gamme plus variée d’objets, dont des vêtements et des accessoires supplémentaires.

« Avec Wooly Maple, je voulais que mes articles apportent à mes acheteurs la même sensation de calme et de confort que celle que j’éprouve moi-même en les confectionnant, dit la jeune entrepreneure de 35 ans. Je crois qu’il y a quelque chose de beau dans cet échange. »

En plus de proposer de douillets chapeaux et des vêtements personnalisés par sérigraphie, Ashley donne aujourd’hui des ateliers communautaires dans des cafés et des brasseries pour partager les bienfaits du crochet. « Cet art m’a procuré beaucoup de réconfort, concrètement et psychologiquement, c’est pourquoi je voulais en faire profiter les autres », explique-t-elle.

« Afin de contrer l’anxiété et la dépression, des activités comme le tricot ne nous viennent pas nécessairement à l’esprit, poursuit Ashley. En ce qui me concerne, le crochet m’a aidée à surmonter les épreuves, et j’y ai trouvé une source de motivation et de relaxation. Je crois que nous devrions tous avoir accès à ces humbles outils dans les moments de souffrance. Dès que je me suis sentie mieux, j’ai organisé des ateliers de crochet. »

 Wooly Maple

La mission d’Ashley, qui est de fournir plus de confort aux Canadiens, lui a récemment valu de se classer parmi les dix gagnants du Concours de bourses pour petites entreprises FedEx. Avec la bourse de 5 000 $ qu’elle a remportée, elle aimerait investir dans une stratégie marketing qui lui permettrait de rendre ses ateliers gratuits accessibles à plus de gens. Après avoir lancé un site de commerce en ligne il y a deux mois, elle espère maintenant élargir son bassin de clientèle à l’extérieur de London, et proposer ses articles partout au pays.

« Je rêve de faire suffisamment d’argent avec Wooly Maple pour offrir d’autres ateliers gratuits et m’impliquer davantage dans la communauté, sans pour autant me mettre dans une situation financière périlleuse, nous confie-t-elle. Je suis très reconnaissante envers les personnes qui m’appuient dans ce projet. Cela m’apporte un but dans la vie, ainsi que l’occasion de me consacrer à une activité que j’aime. Je souhaite que cet amour et cette appréciation se reflètent dans tous les articles que je conçois. La laine des chapeaux que je fabrique et les vêtements que je sélectionne pour la sérigraphie sont autant d’éléments qui proviennent de fournisseurs respectueux. Je veux que toutes les personnes qui quittent mon kiosque au marché, ou bien un événement auquel j’ai participé, ou encore l’un de mes ateliers, aient le sentiment qu’elles ont été étreintes avec affection. »

APPRENTISSAGES

L’exploitation d’une petite entreprise est un processus qui s'enrichit de leçons à retenir tout au long du parcours. Celles-ci peuvent prendre la forme tantôt d’erreurs à corriger, tantôt de bonnes décisions à réitérer dans l’avenir, là où elles se révéleront encore plus fructueuses et porteuses de victoires inattendues. Après avoir trouvé le salut dans sa compagnie Wooly Maple, Ashley fait aux propriétaires de petites entreprises les recommandations suivantes :
 

  1. Oser faire autrement

    Avant de démarrer Wooly Maple, Ashley admirait parfois de petits entrepreneurs qui ouvraient des boutiques, qu’elle estimait être d’une classe à part. Elle songeait qu’elle ne pourrait jamais se risquer à faire comme eux. À présent, elle croit que nous nous imposons beaucoup trop de limites en ce qui a trait à nos capacités.

    « On ne peut pas avancer si l’on a déjà décidé qu’on ne pourra pas y arriver, fait-elle remarquer. Il est pourtant possible d’acquérir de nouvelles connaissances et d’obtenir du financement. Souvent, il suffit simplement de modifier son attitude et d’oser faire les choses autrement. »

  2. Entrer en relation avec les autres

    Au moment de lancer son entreprise, Ashley s’est jointe au groupe Makeology sur Facebook. Elle remercie cette communauté d’artisans, d’artistes et d’entrepreneurs qui l’a aidée à débuter. Elle explique : « Je posais des questions comme "Où puis-je trouver des étiquettes ou de la laine en gros?" Ils m’ont fait gagner un temps précieux et réaliser des économies, et ils m’ont collectivement offert leur soutien en ligne. »

    Après avoir vécu cette expérience, Ashley donne ce dernier conseil : « Prenez comme modèles des gens qui font déjà ce que vous rêvez d’accomplir. N’ayez pas peur de communiquer avec quelqu’un que vous admirez. Les propriétaires de petites entreprises sont souvent fiers de ce qu’ils ont réussi, et ils sont prêts à partager leurs connaissances. Facebook et Instagram fournissent une mine d’informations facilement accessibles. Tout est maintenant connecté – il faut en profiter! »