• Getting ‘Fashion Forward’ on Customs

Conseils > Connaître « la dernière mode » en matière de règlementations douanières

 

Connaître « la dernière mode » en matière de règlementations douanières

Par David L. Cunningham Jr.
Président-Directeur Général, FedEx Express

Pour les start-ups et les petits entrepreneurs du monde de la mode, le sourcing global est souvent considéré comme un must. Christy Ng, créatrice de chaussures malaisienne, motive son choix d'acheter des matières premières à l'international par « des design plus actuels, un savoir-faire différent et des tarifs compétitifs ». Pour Juan David Martinez, qui travaille pour le fabricant colombien d'équipements cyclistes Industrias Suárez, la qualité et les tarifs des fermetures éclair, des teintures et des bandes réfléchissantes qu'ils achètent à l'étranger font partie intégrante de leur modèle de coût et de l'intégrité de leurs produits.

Cependant, comprendre la réglementation douanière avant de se lancer dans le sourcing global est essentiel, comme l'attestent Christy Ng et Juan David Martinez. Les réglementations douanières sont fluctuantes et peuvent énormément varier d'un pays à l'autre. Elles peuvent aussi entraîner de longs retards et des pénalités en cas de non-respect. Christy Ng a fait la mauvaise expérience d'une réglementation douanière complexe ou changeante, avec pour conséquence une « perte financière sans précédents, due à des articles laissés sur les docks pendant plusieurs
semaines ».

Ainsi, si vous êtes entrepreneur dans le milieu de la mode et prêt à passer à l'étape supérieure, en choisissant le sourcing ou la vente à l'international, voici quelques conseils pour vous familiariser avec les règlementations douanières.

  1. Renseignez-vous sur les licences requises et les quotas sur les textiles.
    L'industrie textile a longtemps été l'objet de négociations commerciales à l'échelle mondiale. Certains pays appliquent encore des quotas définis dans les années 19601, notamment le Costa Rica, qui contrôle le commerce de certaines étoffes de laine. Des marchés tels que le Mexique imposent aux importateurs de matières premières ou de textiles de posséder une licence ou un visa spécial(e)2.
  2. Consultez les listes de substances dont l'utilisation est interdite ou restreinte.
    De nombreux matériaux utilisés dans l'industrie de la mode contiennent des plastiques ou des produits chimiques pouvant faire l'objet d'interdictions ou de restrictions, comme par exemple les textiles contenant du formaldéhyde en Europe. Procurez-vous une liste des substances interdites auprès des autorités locales, puis vérifiez auprès de vos fournisseurs que les textiles et matériaux passent le test avant de les acheter.
  3. Veillez à ce que les estimations soient précises et les marchandises correctement étiquetées.
    Lors de l'importation ou de l'exportation de marchandises, veillez à fournir une estimation précise et une description détaillée du contenu de la cargaison. Par exemple, au lieu de marquer « rouleau de soie », indiquez plutôt « rouleau de tissu de soie bleue avec broderies ». Ceci permettra aux agents des douanes de calculer plus précisément les droits et les taxes.
  4. Vérifiez l'authenticité des produits et signalez toute contrefaçon.
    La vente de contrefaçons représente, selon les estimations, près de 10 % du marché de la mode ; les articles les plus populaires étant les ceintures, les sacs à main et les chaussures3. Aujourd'hui, les contrefaçons sont parfois difficiles à détecter. Il peut donc vous arriver d'acheter ou de revendre par inadvertance des marchandises contrefaites, pour compléter votre collection saisonnière.
  5. Soyez clairs sur les conventions et les réglementations locales en matière de produits d'origine animale.
    La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) est un accord gouvernemental international interdisant le commerce des animaux sauvages4. En plus de celui-ci, de nombreux pays ont édicté des lois supplémentaires, qui peuvent varier suivant le marché. Par exemple, importer des poils de chats ou de chiens domestiques est illégal en Europe, mais autorisé dans certaines régions d'Asie5.

Acheter ou vendre des biens à l'international peut sembler complexe ; toutefois, il existe différents organismes qui peuvent vous aider, qu'il s'agisse d'organismes gouvernementaux ou de transporteurs partenaires. Une fois le processus lancé, discutez avec votre transporteur afin de découvrir les outils qui, comme FedEx Global Trade Manager, peuvent vous aider à estimer les taxes et les droits de douane, à gérer la documentation et à vous familiariser avec les marché locaux.

 


1 OMC
2 Ministère du commerce, de l'innovation et des compétences
3 Dow Jones, 2014
4 https://cites.org/fra
5 www.gov.uk